DE

Chercher sur le site

Facturation du tarif prosumer

Le Parlement wallon a adopté, le 30 septembre 2020, un décret qui fixe des mesures de soutien aux prosumers, notamment pour accompagner la mise en application du tarif prosumer. Pour connaître les modalités pratiques de la prime pour compenser le tarif prosumer, visitez la page du site du SPW Energie.
Chaque propriétaire d’une installation de production d'électricité renouvelable recevra un courrier de son gestionnaire de réseau de distribution l’informant des démarches à effectuer pour obtenir la prime liée au tarif prosumer.

Vous disposez d’un compteur réseau qui comptabilise séparément le prélèvement et l’injection (compteur double flux ou intelligent).

Les tarifs proportionnels (€/kWh) de prélèvement pour la distribution et le transport, ainsi que les surcharges y relatives, s’appliquent au volume d’électricité brut prélevé sur le réseau de distribution. 

Voir  "Facturation sans compteur double-flux
 

Vous ne disposez pas d’un compteur réseau qui comptabilise séparément le prélèvement et l’injection

Un tarif capacitaire spécifique exprimé en EUR/kWe (appelé « tarif prosumer ») s’applique à la puissance électrique nette développable de l’installation de production. 

En plus de ce tarif forfaitaire, les tarifs proportionnels (€/kWh) de prélèvement pour la distribution et le transport, ainsi que les surcharges y relatives, s’appliquent, le cas échéant, au volume d’électricité net prélevé sur le réseau de distribution.

Voir  "Facturation avec un compteur double-flux"

Compteur classique

Le prosumer ne dispose pas d’un compteur qui mesure séparément le prélèvement et l’injection

La CWaPE a établi que, de manière générale, 37,76 % de l’énergie produite est consommée simultanément. 62,24 % de l’énergie produite est par conséquent réinjectée dans le réseau et consommée à un autre moment. Le tarif prosumer consiste donc à faire contribuer le prosumer aux coûts du réseau à hauteur de 62,24 % de ce qu’aurait payé un utilisateur du réseau classique, pour les composantes distribution et transport (y inclus les surcharges y relatives), pour une consommation électrique équivalente.

Le tarif prosumer s’applique à la puissance électrique nette développable (exprimée en kWe) de l’installation de production. La CWaPE prend comme hypothèse de production annuelle la valeur de 910kWh par kWe par an. 

La puissance électrique nette développable (Pend) est la puissance électrique générée par l’installation de production d’électricité avant transformation éventuelle vers le réseau, obtenue en déduisant la puissance moyenne des équipements fonctionnels de l’installation de la puissance maximale réalisable et exprimée en kWe. Dans la plupart des cas, il s'agit donc de la plus petite puissance entre la puissance de l’unité de production et la puissance de l’onduleur.

Exemples :

Puissance installée Puissance maximale réalisable (sortie onduleur) Puissance électrique nette développable
3,8 kWc 3,5 kVA 3,5 kWe
3,8 kWc 4 kVA 3,8 kWe

 

Compteur double-flux

Le prosumer dispose d’un compteur qui mesure séparément le prélèvement et l’injection 

Un compteur qui mesure séparément le prélèvement et l’injection incite les prosumers à utiliser davantage l’énergie au moment où elle est produite par leur installation de production, et ainsi autoconsommer davantage. 

Cette augmentation de l’autoconsommation permet, d’une part, de réduire la facture du prosumer et, d’autre part, d’intégrer plus de renouvelable sur le réseau de distribution sans pour autant nécessiter des investissements supplémentaires dans ce dernier. L’avantage est donc double : pour le prosumer et pour la collectivité.

Enfin, le compteur qui mesure séparément le prélèvement et l’injection permet au prosumer d’avoir une tarification calibrée plus précisément sur son usage réel du réseau.

Montant maximum à facturer

L’article 64 de la méthodologie tarifaire applicable aux gestionnaires de réseau de distribution pour la période régulatoire 2019-2023, prévoit que les coûts de distribution et de transport, ainsi que les surcharges y relatives, appliqués aux prélèvements bruts, ne peuvent excéder les coûts de distribution et de transport calculés sur base des prélèvements nets et du tarif prosumer capacitaire. 

Ce « montant maximum à facturer » vise à encourager les prosumers à demander le placement d’un compteur qui mesure distinctement le prélèvement et l’injection (qui incite à l’autoconsommation simultanée), sans prendre le risque de payer plus que s’il ne dispose pas de ce type de compteur dans l’hypothèse où leur autoconsommation ne serait finalement pas suffisante.